« « Complément d’enquête ». EDF : un géant sous tension »

Un excellent reportage de France 2 qui remet les pendules à l’heure sur l’état de l’entreprise EDF, l’empire de la mauvaise foi et de la mauvaise gestion sous emprise de l’Etat. Entre la volonté d’EDF de sous-facturer pour servir d’argument à ses clients potentiels, l’acharnement politique à sous-facturer pour être populaire, la gabegie financière d’une gestion calamiteuse et des centrales désormais vieillissantes et en panne à tours de bras, les choses sont catastrophiques. 

Après des décennies de mauvaise foi sur les énergies renouvelables, le nucléaire est désormais incontournable. Mais voilà, le nucléaire amorti est fatigué et le nouveau arrivera bien trop tard. Ca fait dix ans que je dénonce ça, que je dis que EDF exploite les énergies renouvelables en mettant tous ses efforts pour les déployer dans le but de prouver qu’elles sont chères et inefficaces pour protéger le nucléaire. Jusqu’il y a tout récemment, on a même découvert des parcs entiers d’éoliennes…non branchées ! Durant toutes ces décennies d’investissement soutenu dans les ENR, l’objectif n’était que de détruire purement et simplement les sommes disponibles pour la transition. Il faut imaginer un peu l’aberration : on a confié à EDF le soin de réaliser la transition énergétique (!!) Tu parles d’un loup dans la bergerie… EDF avait alors toute la confiance pour empêcher leur déploiement. Ils sont allés jusqu’à tester l’hydrolien et voyant que ça fonctionnait, ils ont mis fin à l’expérience dans la précipitation et tout bonnement mis fin à la filière qui devait construire les hydroliennes. Le règne de la magouille, de la mauvaise foi, du lobbyisme de masse, du noyautage de tous les milieux, de la propagande tapageuse mensongère. Avec au bout la rançon : la situation que nous connaissons aujourd’hui.

Il y a aussi la sous-estimation constante du coût de la production d’électricité . Soi-disant que ce sont les énergies renouvelables qui gonflent le tarif, alors que non, en réalité l’énergie a été sous-facturée durant des décennies pour des raisons politiques et purement commerciales, pour appâter les clients étrangers en leur faisant miroiter à quel point le nucléaire est bon marché. Et donc, fatalement, aujourd’hui il faut rattraper ce retard colossal. EDF est surendetté parce que ses investissements dans ses stratégies commerciales de vente du nucléaire comme un produit quelconque n’ont pas marché. Le sacrifice du coût réel de production pour sous-facturer l’a privé de son cash flow qu’il a fallu remplacer par du crédit. Une gestion de plus en plus orientée vers l’optimisation des coûts l’a privé de sa propre capacité technique à réagir et donc maintenant l’entreprise dépend d’intervenants extérieurs pas toujours brillants, économiques sur le moment, mais avec des coûts en conséquence derrière. EDF, la brillante entreprise c’est en réalité des décennies de gestion gabegieuse, dilapidant des tomberaux de milliards comme s’il en pleuvait, sans compter.

EDF c’est aussi un pré carré pour chacun y travaillant ou en bénéficiant. Je me souviens d’un gars qui avait un ruisseau sur son terrain. EDF l’a détourné vers une petite centrale pour le turbiner. En indemnisation, l’électricité était gratuite et il me disait : « ce que j’adore, c’est ouvrir la fenêtre, foutre le convecteur à fond et regarder l’onde de chaleur s’en aller ». Je me souviens d’un retraité EDF, un cinquantenaire en pleine forme puisque chez EDF on a une bonne retraite de plus de 2000€, hors caisse complémentaire, très très tôt, dès 52 ans. Pour s’occuper, il avait acheté un grand terrain, y avait mis un cheval et réalisé un jardin. Il avait une pompe qui tournait en permanence pour alimenter une fontaine et il éclairait sa cabane toute la nuit. Je lui avais dit que ça devait bouffer en électricité et il m’a répondu : « bôf, pour ce que je la paie »… Et il y a tout le reste, vacances à très bon marché dans des résidences dont EDF est propriétaire et entretient à grands frais. Voyages à prix préférentiels au travers des partenariats.

Et plus on monte dans la hiérarchie et plus ces avantages sont non seulement nombreux, mais coûteux. Je connais personnellement le père d’une amie qui était un directeur de haut rang d’EDF à Paris. Non seulement il a pris sa retraite à 52 ans, une retraite à 5 chiffres mensuellement, dans un logement de fonction qu’on lui a permis de conserver dont le loyer s’élève à 6000€ par mois, alors qu’il ne paie quasiment rien de la facture d’électricité et qu’il bénéficie d’autres avantages plus discrets, comme des assurances pour le logement ou la voiture à des prix défiant toute concurrence. C’est proprement ahurissant ! Et quand je le dis on me rétorque que je suis jaloux et que je n’avais qu’à bosser pour EDF. C’est le comble quand on voit dans quel état est cette entreprise et dans quel état elle a mis la France sur le plan énergétique, au point qu’on risque le manque à tout moment. La moindre poussée de froid en ce moment amènerait à des mesures drastiques de coupure et même d’achat à l’étranger.

Pour ma part, je n’aurais rien contre le fait qu’on monte l’ARENH à au moins 55€, mais sans perdre de vue qu’il y a 15 ans EDF combattait les ENR en affirmant dans sa propagande que le coût de leur nucléaire était de 33€. Ce qui a fatalement influencé la Commission européenne qui a décidément bon dos. De même, je n’aurais rien contre le fait que l’Etat désendette massivement EDF comme il a désendetté la SNCF, mais à condition que des choses changent dans la gestion et que des contraintes soient clairement établies, en particulier sur la transition énergétique, que EDF ait pour objectif non plus le déploiement du nucléaire, mais celui des énergies renouvelables. Et on ne déploie du nouveau nucléaire que ce qu’il faut et non pas par principe. Parce que non, le nucléaire ce n’est pas écologique. Oui, c’est peu émetteur en carbone, mais non, ce n’est pas écologique, et pas seulement à cause des déchets, mais surtout en raison de l’activité industrielle frénétique qu’il induit. Tout au long de sa vie une centrale nucléaire a besoin de retraitement de ses extrants, de maintenance très lourde, de transports, exploitant des infrastructures conçues pour elle, des masses de sous-traitants fournissent en permanence des tas de choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.