L’erreur factuelle de l’orthodoxie de l’économie statistique sur la mesure de l’inégalité

Alors qu’Oxfam vient de rendre son rapport, biaisé évidemment, mais Oxfam est dans son rôle d’ONG, dans lequel l’organisation affirme que « 26 milliardaires possèdent autant que le 3,8 milliards de plus pauvres de la planète » ( à noter que l’an passé c’était « Les 8 plus riches possèdent autant que la moitié de la planète »), Thomas Piketty dément… ce qui est loin de l’être (dément, donc). Si la fortune des riches a tendance à être sous-estimée, ce que Thomas Piketty a corrigé par l’hétérodoxie de sa méthode, Oxfam fait le contraire et sous-estime la richesse de la masse pauvre, pour la même raison.

Avez-vous des stocks de flux et des flux en stock ?

Cette dichotomie entre les deux analyses a une cause bien simple : l’orthodoxie de l’économie statistique induit un biais cognitif qui laisse à penser que la fortune est un stock, alors que l’activité est un flux !

Précisément, j’ai lu sous l’article le commentaire de quelqu’un qui disait :

Piketty, l’homme qui écrit un livre de 1000 pages sur une prémisse dont la méthodologie laisse à désirer (à savoir une confusion de stocks et de flux). Ça n’enlève rien à la mauvaise foi d’Oxfam.

Ce à quoi je lui ai répondu :

Sauf que si vous étiez riche, vous ne feriez pas la différence entre les stocks et les flux. Parce que du moment qu’un flux est continu et que vous pouvez piocher dedans… vous avez un stock de flux disponible.

Votre position orthodoxe n’est donc vraie que techniquement, mais factuellement, c’est juste faux, parce que votre niveau de vie ou votre capacité d’investissement provienne d’un stock ou d’un flux, franchement, vu de votre position de riche, peu importe.

Une autre disait :

Pour ma part je trouve inquiétant qu’un journal économique assimile le fait d’avoir de l’argent (données OXFAM) et celui posséder du patrimoine…. Patrimoine et revenus ne sont pas synonymes.

Je lui réponds :

« Patrimoine et revenus ne sont pas synonymes. »

Bien sûr que si, c’est pareil. Le patrimoine est même l’une des principales sources de revenus des riches, par exemple par la collection d’art ou automobile. »

Pourquoi je vous dis tout ça ?

Vous pourriez vous dire que de mes échanges vous n’en avez rien à foutre, évidemment. Mais c’est parce que je voudrais mettre en exergue la perception de la fortune que l’économie orthodoxe amène. Ces intervenants sont des gens instruits qui ont raison, techniquement, c’est bien le cas. Mais où Piketty a été très fort, c’est que justement, il a préféré une position hétérodoxe plus réaliste de la situation que vivaient les riches.

Pour résumer, imaginez un nabab qui profite de l’orthodoxie économique :

Je ne suis pas riche vous savez, ma fortune, ce n’est que des flux, pas du stock, ça va, ça vient…

Le même avec l’approche de Piketty :

Je n’ai pas beaucoup d’argent, mais j’ai une capacité d’investissement énorme, je draine des flux gigantesques qui financent ma vie et mes activités ce qui fait de moi quelqu’un de très riche.

Et voilà pourquoi (et comment) durant toutes ces décennies on a massivement sous-estimé la vraie richesses des fortunés, qui se sont avérés infiniment plus fortunés et donc influents, que ce qu’on imaginait. Si Piketty a eu la tare de piétiner les règles de l’économie statistique, il a eu l’avantage d’être au moins tout simplement objectif. Parce que pour un riche, que vous ayez un million sur un compte en liquide qui vous appartient en propre ou que vous puissiez en dépenser 10 qui ne vous appartiennent pas, qu’est-ce qui est le plus intéressant ?

Oxfam fait le contraire, pour les mêmes raisons

De facto, le même biais cognitif induit par l’orthodoxie de l’économie statistique, qui interdit de confondre stock et flux, produit exactement le même effet, mais inverse, sur les pauvres, qui de facto n’ont pas de stock, mais que des flux. En effet, n’ayant pas de patrimoine, ils vivent au jour le jour. Et comme la règle de l’économie statistique est de ne pas confondre les stocks et les flux, de fait, les riches sont infiniment riches puisqu’ils détiennent l’essentiel du patrimoine et les pauvres sont infiniment pauvres puisqu’ils n’ont que des flux pour vivre.

Pourtant, si les pauvres vivent de ces flux, c’est bien qu’ils sont une richesse. Et donc ils doivent entrer en considération dans le mode de calcul, ce qui fait qu’un pauvre n’est plus si pauvre dès lors que ses flux lui permettent de vivre. Et la force vitale que représente son flux est d’autant plus considérable qu’il n’a pas de patrimoine, puisque plus on est pauvre et plus on vit du flux et plus on est riche et plus on vit de son patrimoine, qui représente lui aussi un flux, puisque les riches gagnent des fortunes en revendant plus cher leurs voitures ou oeuvres d’art qu’ils ont collectionné. Une oeuvre d’art au mur ce n’est donc pas un stock, c’est un flux en attente de mouvement. D’ailleurs, l’ISF offrait même une niche fiscale à ce sujet puisque les oeuvres d’art, les objets relevant du patrimoine dit « commun », étaient défiscalisés. A noter que si on parle de « patrimoine commun », c’est bien que ce n’est pas un stock, puisqu’en fait le riche n’est propriétaire que de la valeur de l’oeuvre, qui elle appartient à tous. Vous suivez, l’erreur factuelle, plus morale que technique ?

In fine des riches beaucoup plus riches que ce qu’on pensait

…Mais pas autant qu’on l’affirme en regard des pauvres ! Une erreur que j’avais déjà dénoncée dans un précédent article en faisant remarquer que si vous gagnez environ 25’000€ nets par an en France, ce qui est un bon revenu, certes, mais quand même pas de quoi faire des cabrioles, vous faites partie de ce fameux « 1% » qui, prétendûment, détiendrait la richesse du 99%. J’y expliquais même que si vous êtes à l’AAH (Allocation Adulte Handicapé) ou l’ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Agées, anciennement minimum vieillesse), aujourd’hui d’un peu plus de 800€ par mois, vous faites déjà partie du 15% de la population mondiale la plus riche. Pourtant, 800€ par mois en France, vous faites partie de la grande pauvreté, toujours selon cette même erreur factuelle qu’impose la règle orthodoxe de l’économie statistique. Pourtant, 85% de la planète est plus pauvre que vous selon cette statistique, donc vous n’êtes pas pauvre, bien que considéré comme étant dans la misère.

Un flux est donc bien à mettre dans les stocks, il fait partie de la richesse de chacun. Et si ça fait envisager les riches encore plus riches que ce qu’on croyait par le passé, le fait est que du coup les pauvres sont beaucoup moins pauvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *