Des riches trop riches au détriment des pauvres. Vraiment ?

On entend souvent cette phrase comme quoi 26 personnes disposent d’autant de richesse que la moitié de la population sur Terre. Et pourtant cette phrase dite comme cela ne signifie pas grand-chose. En réalité, ce n’est pas que l’argent des pauvres est dans la poche des riches, mais que l’argent des pauvres n’existe tout simplement pas encore. Je suis parfaitement d’accord avec Thierry Curty, si on divisait la fortune des riches par le nombre d’habitants sur Terre, cela ne ferait que quelques milliers d’Euros par tête. Et comme il le dit maintes fois, la richesse ne se partage pas, elle se crée.

Une société pourtant moins inégalitaire que par le passé

On fustige les inégalités à l’heure actuelle, mais il faut savoir que par le passé, les inégalités étaient biens plus importantes qu’aujourd’hui. Jusqu’à la Révolution Française, les riches possédaient les terres, les maisons et mêmes les gens qui, en échange d’avoir le droit de vivre sur leurs terres, devaient leurs payer des impôts. Au XIXème siècle jusqu’au milieu du XXème siècle, les riches étaient beaucoup plus riches que les riches d’aujourd’hui. Pour donner un exemple, à sa mort en 1937, la fortune de Rockefeller était estimée à plus de 1,4 milliards de Dollars US, à une époque où 80 % de la population ne possédait quasiment rien et où le PIB des USA ne dépassait pas les 92 Milliards de Dollars (https://en.wikipedia.org/wiki/John_D._Rockefeller). Ce n’est pas pour rien que ramené au niveau de vie d’aujourd’hui, cela serait l’équivalent de plus de 400 milliards de Dollars US, soit quatre fois plus que le plus riche homme à l’heure actuelle.

Cela dit, dans le contexte de l’époque, ces inégalités n’avaient rien de particulièrement anormales. Au début de la Révolution Industrielle au XIXème siècle, 90 % de la population ne savait ni lire, ni écrire et ne possédait tout simplement rien. Seuls les riches pouvaient investir dans l’outil de production, dans lequel les individus n’avaient pas le choix que de travailler pour quitter leur condition de paysan misérable, ne vivant que d’une économie de subsistance et obtenir un revenu fixe et stable par les salaires, faute de mieux. Ces mêmes inégalités ont commencé à se réduire au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, où les progrès de la technologie ont permis une capacité de création de richesse sans précédent de toute l’histoire de l’humanité. Les réformes sociales ont permis à toute cette capacité de richesse de ruisseler sur la population qui, par la même occasion, s’est enrichi. Ce qui lui a permis d’avoir accès à l’éducation, la santé et à un patrimoine, chose que seuls les riches pouvaient se permettre de posséder auparavant.

De nombreuses solutions proposées, mais inadaptées au contexte du XXIème siècle

Certains affirment qu’il serait si simple de faire bénéficier à la population toute cette richesse détenue par quelques-uns. Notamment par une forte taxation, voire une expropriation.

Seulement, il faut savoir que l’essentiel de la fortune des riches se trouve dans les parts d’entreprise qu’ils possèdent et qui n’ont de valeur que parce que leurs entreprises et plus globalement, l’économie permet cela. Si du jour au lendemain, un gouvernement venait à exproprier les riches de leurs entreprises et du reste de leur patrimoine (immobilier, œuvre d’art, voiture de collection, etc.), on ne redistribuerait rien en réalité, puisque pour toucher l’argent, il faut que ces mêmes actifs soient vendues. Mais là, à qui les vendrait-on ? Puisque le marché refuse de faire affaire avec des pays pratiquant ce genre de politique.

Il n’a pas non plus à essayer d’augmenter l’impôt sur le revenu pour récupérer une partie de leur richesse, ils ne l’accepteront pas. Si on veut les pourchasser pour limiter l’exil fiscal, cela ne nous avancerait pas à grand chose parce que de nombreux pays mettent leurs passeports en vente ou proposent des Golden Visa. C’est notamment le cas d’Antigua et Barbuda où le passeport ne coûte qu’entre 100 000 et 200 000 $ US et permet de voyager sans visa dans une centaine de pays dans le monde, dont les pays de L’Union Européenne, qui compte aussi des pays qui mettent en vente leurs passeports. C’est le cas notamment de Malte, en échange d’un investissement à quelques millions d’Euros. Les riches, ayant les moyens de s’offrir ces passeports, auraient donc pu échapper à cette mesure absurde. Et cela tombe bien, il existe notamment en Suisse de nombreux cabinets, dont celui-ci qui aide à l’acquisition d’un passeport : Henley & Partners. Bref, le résultat serait une fuite de capitaux aux conséquences délétères pour notre économie.

De toute façon, il n’y pas à exproprier qui que ce soit. Je rappelle que si les riches ont occupé leur place prédominante dans la société, c’est uniquement parce qu’ils étaient les seuls à disposer non seulement des capitaux, mais aussi de l’éducation pour pouvoir investir et posséder l’outil de production. Le reste de la population n’ayant strictement rien, et donc n’ayant pas d’autre choix que de travailler pour ces mêmes riches. Si aujourd’hui et depuis une trentaine d’année, on leur accorde des avantages fiscaux et des subventions à leurs entreprises, c’est uniquement dans le souci qu’ils préservent l’emploi e échange des économies d’impôts réalisés.

L’équilibre sociétal est une affaire d’adaptation de la société à la fin du travail

Si on connait dans le monde occidental une recrudescence des inégalités, c’est uniquement par notre refus d’accepter la fin du travail et de s’adapter en conséquence. Par notre obstination à maintenir l’emploi, on subventionne les entreprises pour qu’elles continuent d’en créer ou simplement les maintenir, notamment dans nos vieilles industries. Sauf que comme nous sommes dans un contexte où le travail n’est plus une nécessité pour produire les biens et les services, les entreprises n’en créent pas. Ce qui fait que ces subventions deviennent un transfert d’argent de la poche du contribuable vers celles des riches. Comme on veut forcer les individus à travailler, on lâche du lest sur les acquis sociaux. Ce qui fait que ceux qui ne peuvent plus travailler, parce qu’il n’y a plus de travail pour tous, se retrouvent dans la précarité, tandis que les riches s’enrichissent en raison des conséquences de l’épuisement de notre système fonctionnant toujours autour du travail. D’où une certaine frustration à l’heure actuelle.

Maintenant que le travail devient de moins en moins nécessaire pour produire les biens et les services, la redistribution de la création de richesse pourrait se faire autrement que par le travail et donc les salaires. Si les individus ont le temps de contribuer à l’économie réelle à la place de travailler, ils pourront multiplier les initiatives entrepreneuriales et ainsi gagner leur vie de cette manière. Si certains ont de l’ambition, ils pourront gagner de mieux en mieux leur vie, pendant que les robots travaillent. Les riches devront ainsi compter avec le reste de la population qui elle aussi aura, d’une manière ou d’une autre, son mot à dire dans les grandes orientations économiques du pays.

Une adaptation passant par une nouvelle vision de l’impôt

Seulement, pour que cette nouvelle économie voit le jour, il faut faire en sorte que les riches contribuent de nouveau l’économie réelle. C’est pourquoi il faut mettre en place des mesures fiscales qui les inciteront à investir continuellement leurs capitaux et ainsi permettre aux individus d’avoir toujours de quoi financer leurs projets.

C’est dans cette optique que Thierry Curty a élaboré un nouveau système fiscal qui incitera les riches à sortir de la position de rentier, dans laquelle on les a confortablement installés dans l’espoir qu’ils créent des emplois,  pour ainsi les remettre dans leur rôle de financier de l’économie réelle. Ces impôts sont les suivants :

. L’impôt sur le niveau de vie. Cet impôt se base sur le niveau de vie des individus. Plus ils vivent de manière opulente, plus ils paient. Ceci non pas en fonction de ce dont ils possèdent, mais en fonction de ce dont ils disposent. Autrement dit, ils pourraient avoir leurs voitures, maisons, jets ou encore yacht au nom d’une société écran basée dans un paradis fiscal, dès lors qu’ils ne font que disposer de tous ces biens, ils sont redevables de cet impôt. Il a pour but d’encourager les riches à consacrer d’avantage leurs capitaux à l’investissement qu’à leurs dépenses personnelles pour améliorer leur niveau de vie. Des investissements qui permettront eux-mêmes de réduire encore d’avantage leurs impôts. C’est ce qui nous mène au point suivant;

. L’impôt sur l’inégalité. Dans ce système, plus les riches investissent dans l’économie réelle pour créer de la richesse, moins ils paient d’impôts. Autrement dit, plus des individus issus de la diversité ont obtenu du financement pour leur projets et donc se sont enrichis, plus ils contribuent à financer des projets d’utilité publiques qui permettront aux individus de disposer de services de base peu coûteux, voire gratuits, plus ils réduisent l’inégalité, et donc moins ils paieront d’impôts. Ce sera donc dans leur intérêt d’investir le plus possible dans l’économie réelle. Et pour être sûr qu’ils investiront dans une pléiade de projets et ne pas se limiter à quelques uns, il y a l’impôt suivant;

. L’impôt sur les dividendes basés sur ce qu’ils représentent dans les bénéfices des entreprises. Plus les dividendes représentent une part importante des bénéfices, plus ils sont taxés. Si des dividendes représentent 20% des bénéfices, ils seront taxés à 20% et ce jusqu’au bouclier fiscal à 50% si la part des dividendes sur les bénéfices est supérieure ou égale à 50%. L’avantage de ce système, c’est qu’il encouragera les riches à investir dans de nombreux projets. Ne serait-ce pour ne pas que les dividendes prennent une part trop importante des bénéfices des différentes entreprises et ainsi payer le moins d’impôt possible. De plus, ce système redonnera du poids aux actionnaires dans la décision d’attribuer ou non des hauts salaires et bonus aux dirigeants. En effet, si le salaire et les avantages du Président Directeur Général sont élevés, il prendra une part importante des bénéfices, ce qui contraindrait les actionnaires à devoir payer plus d’impôts. Ils seront donc confrontés au choix de biens payer leur PDG et de se verser moins de dividende pour payer moins d’impôt ou accepter de payer plus d’impôts, et de moins payer leur PDG pour ne pas trop rogner sur les dividendes.

Une immense plateforme de financement participatif pour catalyser cette richesse

Cette nouvelle politique fiscale s’assemblera très bien avec la nouvelle plateforme de financement participatif qu’est l’Action Mutuelle d’Investissement. En effet, c’est bien joli de dire que les riches doivent réinvestir leurs capitaux dans l’économie réelle. Seulement, il leur faut un intermédiaire qui réunira leurs capitaux, mais aussi qui permettra aux individus porteurs de projet d’être visibles et donc de recevoir ces mêmes capitaux pour financer leurs projets.

L’avantage de l’Action Mutuelle d’Investissement, c’est qu’elle créer de la richesse par le levier bancaire. Autrement dit, ce que placent les gens, c’est uniquement pour garnir le fond de garantie, qui servira ensuite de référence pour le levier. Dans ces conditions, ce ne sont pas les fonds disponibles qui sont directement investis, mais la monnaie empruntée aux banques. De ce fait, la capacité d’investissement s’en trouvera multipliée. Par exemple, si un riche veut investir 10 millions, il aura une capacité d’investissement de 50 millions, si le levier est équivalent à cinq fois les capitaux du fond de garantie. De ce fait, si les projets financés sont un succès, de la nouvelle richesse est créé. S’ils échouent, le capital reste. Ce qui est un gage de sécurité, surtout lorsque des sommes importantes sont investit. Ce qui redonnera la confiance aux riches contribuables qui seront plus à leur aise pour investir dans le but de payer le moins d’impôts possible. Conformément au nouveau système fiscal.

De plus, cette plateforme leurs donnera accès au marché des Très Petites Entreprises. Un marché qui leur était inaccessible jusque-là. Mais comme l’Action Mutuelle d’Investissement joue le rôle d’intermédiaire, le riche place son argent et use de son droit de vote en étant détenteur des quotes-parts du fond de garantie (au même titre que des investisseurs plus modestes puisque dans ce système coopératif, c’est une personne physique ou moral pour une voix), et c’est la plateforme qui s’occupe du reste. C’est-à-dire le conseil, et l’accompagnement de la TPE en question.

Plus ils y aura de riches qui investiront par le biais de l’ Action Mutuelle d’Investissement, plus le fond de garantie sera fourni, plus le levier pourra éventuellement être augmenté. Ce qui permettra de financer de plus en plus de projets. Ainsi, les individus qui voudront créer leur activité ne manqueront jamais de capitaux et la création de richesse sera telle que nous pourrions retrouver une période de prospérité digne des Trente Glorieuses.

 

En conclusion, il n’y a pas à enlever des prérogatives aux riches. Ils font partie de la société au même titre que les pauvres. La seule chose à faire, c’est de permettre au peuple d’avoir son mot à dire, aux côtés des riches, en le libérant le plus possible du travail pour qu’il ait le temps et les moyens d’accéder à la contribution directe dans l’économie réelle. De nombreuses initiatives émergeront grâce aux capitaux des riches qui auront donné les moyens aux gens de réaliser leurs projets. Ce qui leur permettra de gagner leur vie avec cela. Voilà à quoi ressemblera la future façon de redistribuer, si j’ose dire, la création de richesse.

Laisser un commentaire